PH Bizon La louve

Extrait : " Ses futurs clients et investisseurs, les yuppies parisiens de sa génération, n'avaient aucun goût. Admirateurs d'avocats incultes comme Sarkozy ou Copé, la plupart ne juraient que par l'argent et ne s'en cachaient pas." [p129]

Six ans après le suicide de son frère, Camille revient, avec sa femme Victoire et leurs filles, s’installer à « La Ville aux Voies » la ferme des vacances de son enfance. Idéalistes, passionnés, travailleurs acharnés, il créent « bien plus qu’une simple ferme. C’étaient un véritable paysage nourricier. » Pour trouver des débouchés, ils s’associent avec d’autres petits producteurs, proposent des marchés itinérants… Ils luttent, pied à pied, contre les instances paysannes « officielles » et gouvernementales, se battent pour faire l’agriculture en laquelle ils croient. Mais Camille se refuse à renouer avec sa famille qu’il rend responsable de la mort de son frère.

Raoul Sarkis est un escroc, un « Stavisky » de pacotille, un financier véreux (mais en existe-t-il d’autres ?). De retour à Paris après 15 ans d’absence, il est bien décidé à conquérir la Capitale : son idée surfer sur le « théâtre parisien de la gastronomie ».

Deux personnalités, deux mondes, deux ambitions : un choc. Conte naïf (donc qui finit bien), Louve est un joli plaidoyer pour une agriculture plus « humaine ».

De Paul-Henry Bizon,

Gallimard, 2017,

à paraitre le 30 août,

240 pages.