L

4° de couverture :

"États-Unis, demain. Avortement interdit, adoption et PMA pour les femmes seules sur le point de l’être aussi. Non loin de Salem, Oregon, dans un petit village de pêcheurs, cinq femmes voient leur destin se lier à l’aube de cette nouvelle ère.

Ro, professeure célibataire, se débat avec le projet de biographie d’Eivør Mínervudottír, exploratrice islandaise du xixe siècle injustement méconnue. À quarante-deux ans, elle tente un autre pari : concevoir un enfant. Mais l’enfant ne vient pas, et ni l’horloge biologique ni le calendrier politique ne militent en faveur de Ro, qui ressasse les drames de son passé. Des enfants, Susan en a : deux bambins tendres et turbulents. Pourtant Susan est lasse de sa vie de mère au foyer – de son renoncement à une carrière d’avocate, de la banalité des jours qui passent et se ressemblent. Mattie, la meilleure élève de Ro, n’a pas peur de l’avenir : elle sera scientifique. Et elle peut compter sur l’amour de ses parents adoptifs. Par curiosité, Mattie se laisse déshabiller à l’arrière d’une voiture. Ne sait-elle pas, pourtant, que la curiosité a un prix ? Et enfin, Gin. Gin la guérisseuse, Gin la marginale à laquelle les hommes font un procès en sorcellerie parce qu’elle a refusé qu’ils se servent des femmes.

Il y a du Virginia Woolf et du Margaret Atwood dans le récit polyphonique qui émane de ce choeur de femmes aux âges et aux aspirations divers. Il y a de l’engagement, de la colère dans le traitement d’un sujet si tristement prophétique, si fatalement universel. Il y a beaucoup d’ironie dans les instantanés de cette petite ville américaine, empêtrée dans ses tabous et ses préjugés. Mais il y a surtout de l’espoir, et une foi immense dans les ressources de chacune pour s’affranchir de sa condition. Âpre et lumineux, Les Heures rouges annonce l’arrivée en France d’un écrivain."

De Leni Zumas,

Traduit de l'anglais ( Etats-Unis) par Anne Rabinovitch,

Presses de la Cité, 2018,

400 pages.