Le Nord, une usine menacée de fermeture, des ouvriers en grève,... et un père et son fils ou plutôt un fils et son père, ils travaillent dans la même usine. Le père est militant syndical, le fils est fou de jazz et a monté un groupe avec des amis. Ils ne se comprennent pas, ils se parlent peu, entre les deux il y a la vie, les vies et surtout la mort de la femme- la mère.

Antoine Choplin raconte une usine, une ville qui meurt. C'est un livre qui sent la pluie, les nuages bas qui pèsent sur les destinés humaines, un livre qui raconte la mer à marée basse.

Extrait : "Quand tu venais t'asseoir sans bruit dans le fauteuil, les soirs, derrière elle. Tu faisais semblant de lire et moi, je voyais bien que tu tournais jamais les pages de ton livre. Je voyais bien ton regard dans le vague. Tu l'écoutais sa musique à elle. Tu la considérais. Ca, j'en suis sûr que tu la considérais. C'est ça que je comprends pas." [p69]

image001     image001

D'Antoine Choplin,

Edition du Rouergue, 2010,

Coll. La Brune,

130 pages