16 février 2010

JANE EYRE

Edité en 1847 sous un pseudonyme, c'est un livre qui par certains cotés restent -malheureusement- d'une rare actualité. "Les femmes sont censées être très paisible en général, mais les femmes ont autant de sensibilité que les hommes ; (...) ; et c'est par étroitesse d'esprit que leurs compagnons plus privilégiés décrètent qu'elles devraient se borner à faire des entremets, et à tricoter des chaussettes, à jouer du piano ou à broder des sacs." [p180]      De Charlotte Brontë, Traduit de l'anglais... [Lire la suite]